Une nouvelle composition pour le Conseil supérieur de la jeunesse

Le 21 janvier 2015, le Conseil de gouvernement a adopté un règlement grand-ducal portant sur l'organisation et le fonctionnement du Conseil supérieur de la jeunesse.

Il modifie l'article 24 du règlement grand-ducal modifié du 9 janvier 2009 sur la jeunesse et fait suite à une évaluation du fonctionnement du Conseil supérieur de la jeunesse réalisée de 2010 à 2013. Cette évaluation fut menée par le ministère en charge des questions de la jeunesse, conjointement avec les organisations de jeunesse et les membres du Conseil supérieur de la jeunesse.

Parmi ces conclusions figuraient un déséquilibre dans la composition du Conseil en faveur des organisations de jeunesse et en défaveur des services professionnels pour jeunes.

Le nouveau règlement grand-ducal reflète la réalité protéiforme du travail en faveur des jeunes dans la composition du Conseil supérieur de la jeunesse. Celui-ci sera structuré en plusieurs groupes d'acteurs, qui sont principalement les organisations de jeunesse, les organisations de service pour jeunes et les organismes œuvrant en faveur des jeunes. Cette liste est complétée par les acteurs déjà partie prenante du Conseil supérieur de la jeunesse sous le règlement grand-ducal modifié du 9 janvier 2009, à savoir des représentants des organisations d'élèves et d'étudiants, des villes et communes luxembourgeoises et du ministre en charge de la politique de la jeunesse. La liste est enfin complétée par un représentant de l'Assemblée nationale des Jeunes, tel que prévu par la loi modifiée du 4 juillet 2008 précitée et un représentant de la recherche sur la jeunesse au Luxembourg.

Le texte proposé donne, en outre, la possibilité pour le Conseil lui-même de coopter jusqu'à trois membres que le Conseil jugerait utile d'associer à ses travaux en fonction de leurs compétences.

La nouvelle composition doit permettre au Conseil d'être également un forum de rencontre des différentes composantes de l'animation socio-éducative au Luxembourg.  Le but est de permettre des discussions autour des enjeux communs du travail en faveur des jeunes et de la politique de la jeunesse dans notre pays et d'agir ainsi à l'encontre d'une segmentation progressive à l'intérieur de ce champ d'intervention.

  • Mis à jour le 21-01-2015