Éducation, Enfance, Jeunesse, Recherche : les priorités de la Présidence luxembourgeoise

Lors d’une conférence de presse le 30 juin 2015, le ministre Claude Meisch et le secrétaire d’État Marc Hansen ont présenté les priorités que le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se sont données dans le cadre de la présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne.

Éducation nationale, Enfance, Jeunesse 

hansen-meisch1Une hétérogénéité croissante de la population, un multilinguisme toujours plus complexe, une économie mondialisée interconnectée : de par ses spécificités, le Luxembourg est confronté aujourd’hui à des défis que les autres pays européens rencontreront également demain. Pour cette raison, la Présidence luxembourgeoise a choisi de placer au cœur de son agenda des priorités qui sont également ancrées dans le programme gouvernemental : le décrochage scolaire, la petite enfance, l’inclusion et la participation de la jeunesse. L’échange européen sous la Présidence luxembourgeoise sera l’occasion de discuter les bonnes pratiques dans ces domaines et d’échanger sur les réponses innovatrices que le Luxembourg entend y donner.

1. La lutte contre le décrochage scolaire fait partie des priorités de l’Éducation nationale depuis 2003. Après une stabilisation pendant plusieurs années, le taux de décrochage au Luxembourg a de nouveau augmenté à 11,6% en 2012-2013. Pour diminuer le redoublement et prévenir plus efficacement le décrochage, le ministère entend renforcer le dispositif de remédiation et promouvoir l’autonomie des écoles, leur permettant de prendre les mesures les mieux adaptées aux besoins de leurs élèves respectifs.

Les 9 et 10 juillet 2015, la Présidence luxembourgeoise organisera un symposium « Staying on track – Lutter contre le décrochage et promouvoir la réussite scolaire », qui réunira les décideurs politiques et les experts de l’éducation et de la recherche des 28 États membres. Il permettra de dresser un bilan des différents champs d’action dans ce domaine pour définir l’orientation future des travaux au niveau européen.

2. La participation des jeunes et leur association au débat sur l’avenir du pays constitue également une priorité du programme gouvernemental 2013-2018. Ce sujet est d’autant plus important à la suite du référendum du 7 juin 2015 et à la lumière des développements démographiques actuels. Il s’agit prioritairement de trouver les instruments pour renforcer la participation politique de tous les jeunes, de reconnaître et d’encourager les formes alternatives d’engagement politique.

La Présidence luxembourgeoise organisera une Conférence européenne de la Jeunesse du 21 au 24 septembre 2015. Elle rassemblera 250 participants : représentants des jeunes, décideurs politiques, experts et professionnels. Les recommandations issues de cette conférence devront aboutir à une résolution dont le but sera de renforcer la participation politique des jeunes.

3. Pour donner à chaque enfant les meilleures chances au départ indépendamment de son milieu d’origine, le gouvernement entend favoriser l’accès à une éducation de la petite enfance de qualité, axée sur le multilinguisme. À côté des activités axées sur l'éveil aux langues, ce programme d'éducation reposera sur deux autres piliers : le partenariat renforcé des structures d'accueil avec les familles et la mise en réseau de ces structures de la petite enfance avec l'école. Ces actions développeront aussi bien les compétences langagières des enfants que la participation des parents, favorisant les contacts avec le personnel éducatif. La collaboration avec les écoles favorisera la transition harmonieuse vers le système scolaire luxembourgeois.

La Présidence luxembourgeoise organisera les 10 et 11 septembre 2015 une conférence sur « La diversité et le multilinguisme dans l’éducation et l’accueil de la petite enfance ». Y seront approfondis les différents domaines du cadre de qualité européen en vue d’identifier des indicateurs de qualité pour les cinq domaines.

4. Le gouvernement luxembourgeois entend renforcer l’inclusion des élèves à besoins spécifiques dans le système d’éducation. Pour rapprocher l’Éducation différenciée de l’école, le service de l’Éducation différenciée sera restructuré. Des centres de compétences soutiendront les enseignants dans la prise en charge d’élèves à besoins éducatifs spécifiques. Dans le but de meilleures synergies, les services pour enfants et jeunes à besoins spécifiques seront regroupés.

La Présidence luxembourgeoise organisera les 15 et 16 octobre 2015, une audience « Inclusive Education: Take Action! » Lors de celle-ci,  des Européens à besoins éducatifs spécifiques de 15 à 21 ans auront la possibilité de s’exprimer sur l’implémentation et la qualité de l’éducation inclusive. Les jeunes seront invités à formuler leurs propres recommandations, qui seront présentées au Conseil des ministres en novembre 2015.

Enseignement supérieur et Recherche

Outre son attachement à l’avancement de l’Espace européen de la Recherche (EER), la Présidence luxembourgeoise a deux priorités dans le domaine de la recherche, à savoir l’intégrité et l’égalité du genre dans la recherche.

1. L’intégrité de la recherche est une condition de base à l’excellence en matière de recherche et d’innovation. La Présidence luxembourgeoise souhaite promouvoir une véritable culture de l’intégrité de la recherche et mener une discussion notamment autour de la prévention des manquements à l’intégrité scientifique avec un accent particulier sur la formation, à tous les niveaux de développements de la carrière du chercheur.

2. Les statistiques indiquent une sous-représentation évidente de femmes à des postes de direction et ainsi que dans l'implication dans la prise de décision, notamment dans les domaines de la recherche.

La Présidence luxembourgeoise souhaite mettre un accent particulier sur les plans d’égalité du genre dans la recherche, les changements au niveau institutionnel ainsi que la dimension du recrutement ouvert sur base de procédures d’évaluation et de sélection transparentes et non-discriminatoires notamment en vue d’atteindre un meilleur équilibre entre hommes et femmes dans des postes à responsabilité.

  • Mis à jour le 30-06-2015