Médiation à l’enseignement secondaire : 11 propositions de mesures pour une solution constructive

2Lors d’une conférence de presse le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, a présenté des propositions de mesures qu’il soumet au médiateur dans le cadre de la procédure de médiation engagée entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement secondaire.

« Faire durer le conflit n’est dans l’intérêt ni du gouvernement ni des enseignants ni des élèves » a affirmé le ministre. Il lui tient à cœur de trouver une issue rapide à l’impasse actuelle, en l’occurrence avant le 31 juillet, pour que la rentrée puisse se faire dans une ambiance constructive de confiance mutuelle.

Claude Meisch reste en effet confiant qu’un accord entre les parties dans l’intérêt de l’école est possible. « Si chacune des parties y met du sien, nous pourrons aboutir à un accord qui respectera les engagements du Zukuntspak tout en libérant des ressources qui pourront être réinvesties dans l’amélioration de la qualité scolaire ».

Concrétisant les efforts pour arriver à un compromis, le ministère a élaboré 11 propositions de mesures qui répondent à quatre grands objectifs. Ces propositions s’articulent en grande partie autour des mesures sur lesquelles le ministère et les syndicats s’étaient rapprochés dans les discussions antérieures. Un élément nouveau est l’idée de valoriser les efforts de formation continue des enseignants en tant qu’élément clé indispensable à l’amélioration de la qualité scolaire.

I. Effort solidaire pour la maîtrise des finances publiques

  • introduction d’un coefficient correcteur en classe terminale de l’enseignement secondaire et secondaire technique (6/36 pour les branches sanctionnées par un examen ; 8/36 pour les branches qui ne comportent pas d’examen) ;
  • augmentation des forfaits accordés pour travaux en lien avec les examens (correction, préparation des oraux, …) ;
  • décharge pour ancienneté : prise en compte des observations formulées par les syndicats dans le procès-verbal final de procédure de conciliation ;
  • conversion d’une partie de la décharge pour ancienneté en des heures de formation continue ;
  • compte épargne-temps comptabilisant les heures de formation continue suivies au long de la carrière, en vue de bénéficier de décharges pour ancienneté.

II. Frais de fonctionnement du système scolaire et contribution du ministère

  • réduction de 50% des indemnités de base de tous les agents de l’Éducation nationale membres de commissions d’examens ;
  • réorganisation de la surveillance dans les écoles.

III. Réorganisation des examens de fins d’études

  • suppression de la double correction des épreuves pendant l’année terminale ;
  • réflexions sur l’abandon de la triple correction des épreuves d’examen au profit d’une double correction.

IV. Investissement dans la formation continue

  • réinvestissement d’une partie des ressources libérées dans la formation continue des enseignants ;
  • indemnisation d’un certain nombre d’heures de formation continue prestées au-delà des 8 heures obligatoires actuellement prévues par règlement grand-ducal.
  • Mis à jour le 16-07-2015