Schaffen, Wunnen, Partizipéieren : le rapport national sur la situation de la jeunesse

160203-jugendbericht-cmLors d’une conférence de presse le 3 février 2016, le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, et le Prof. Dr Helmut Willems de l’Université du Luxembourg ont présenté le Rapport national sur la situation de la jeunesse au Luxembourg 2015.

La loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse prévoit que le ministre de la Jeunesse adresse tous les cinq ans un rapport sur la situation des jeunes à la Chambre des députés. Tout comme pour le premier rapport national en 2010, les travaux de recherche pour la 2e édition ont été confiés à l’Université du Luxembourg

Le rapport national 2015 analyse les transitions des jeunes de 15 à 34 ans, y compris des jeunes à besoins spécifiques, à trois niveaux :

  • la transition vers le marché de l’emploi ;
  • les transitions privées, notamment dans le domaine du logement ; et
  • la transition vers la citoyenneté active.

Lors de la conférence de presse, le Prof. Dr Helmut Willems de l’unité de recherche INSIDE a résumé les principaux constats du rapport.

  • Par rapport aux générations précédentes, les jeunes d’aujourd’hui restent plus longtemps dans le foyer familial, quittent plus tard le système éducatif et entrent plus tard dans la vie professionnelle.
  • La réussite de la transition est influencée par la nationalité, le milieu socio-économique et le sexe.
  • Le taux élevé de chômage des jeunes (22%) traduit les difficultés de transition vécues par les jeunes.
  • Les jeunes se disent satisfaits des mesures d’emploi qui leur sont offertes par les différents prestataires ; ces mesures devraient toutefois être mieux adaptées aux aspirations professionnelles des jeunes et la continuité de la formation devrait être mieux assurée.
  • Les jeunes qui font preuve d’un engagement politique ou social réussissent plus facilement leur transition. Parmi les jeunes qui s’engagent, les femmes et les non-nationaux sont sous-représentés.
  • Les jeunes à besoins spécifiques ont les mêmes attentes en termes d’emploi, de logement et de participation que les autres jeunes ; ils se heurtent toutefois à des conditions de transition plus difficiles.
  • Le soutien familial joue un rôle déterminant dans la réussite de la transition.

Selon le ministre Claude Meisch, le rapport national confirme le bien-fondé des orientations actuelles de la politique de la jeunesse. Il identifie en même temps une série de défis qui demandent d’aller plus loin. Le rapport fera l’objet d’un large débat auquel seront associés tous les ministères et partenaires concernés. Des mesures concrètes seront formulées dans un Plan national d’action pour la politique de la jeunesse avant la fin 2016. Elles s’inscriront dans la continuité des initiatives déjà lancées.

Faciliter l’accès des jeunes à l’emploi

Le rapport national souligne la nécessité de mieux adapter les mesures de formation et d’emploi aux besoins et aux aspirations professionnelles des jeunes. Ce travail pourra notamment se faire dans le cadre du dispositif de la Garantie pour la jeunesse.

Une étude sur les jeunes NEETs (not in employment, education or training) lancée par le Service national de la jeunesse sera publiée en mai 2016. Elle fournira des données précieuses sur les multiples problèmes rencontrés par ces jeunes et permettra de mieux articuler les offres existantes.

Élargir l’offre de logements pour jeunes

Les efforts du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse et du ministère du Logement en vue d’une véritable politique intégrée en matière de logement pour jeunes seront intensifiés. Une des priorités sera de répondre au besoin croissant de logements pour jeunes. 95 nouveaux logements pour jeunes sont actuellement en cours de planification. En 2014, un premier projet Jugendwunnen a été inauguré à Ettelbrück. Un deuxième ouvrira ses portes en 2016 à Mondercange.

Promouvoir l’éducation à la citoyenneté et la culture démocratique

160203-jugendbericht-willemsUn centre de ressources et de référence pour l’éducation à la citoyenneté, le Zentrum fir politesch Bildung, verra le jour d’ici la fin 2016. Il assurera la mise en réseau des différents acteurs du monde scolaire et extrascolaire et soutiendra ceux-ci dans leurs activités respectives.

Les efforts pour renforcer la culture démocratique dans les écoles seront poursuivis. Le rôle des élèves dans le développement scolaire et les règles de vie collective dans les écoles seront précisés dans la future loi sur l’enseignement secondaire et secondaire technique. Pour appuyer la Conférence nationale des élèves (CNEL) dans ses efforts de structuration et de fonctionnement, une personne-ressource de la Conférence générale de la jeunesse de Luxembourg (CGJL) a déjà été mise à sa disposition.

  • Mis à jour le 03-02-2016