À Eupen, la Grande Région discute les opportunités et les défis du multilinguisme

Le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse a participé le 28 septembre 2016 au séminaire « Multilinguisme – Opportunité et défis pour la société » organisé à Eupen sous la co-présidence pour la Grande-Région de la Communauté germanophone, de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Claude Meisch a présenté le concept luxembourgeois d’éducation plurilingue pour les enfants de 1 à 4 ans, qui sera introduit dans les crèches à partir de septembre 2017. « Le multilinguisme est une réalité dans notre pays qu’il faut prendre en compte. C’est pourquoi nous voulons sensibiliser aux langues très tôt » a argumenté le ministre.

Les efforts du ministère luxembourgeois pour répondre à la diversité linguistique et culturelle des élèves ont été salués par les participants comme un modèle pour la Grande Région.

Le séminaire fut l’occasion d’échanger les points de vue et les expériences, notamment avec des représentants de la Sarre et de la Communauté germanophone de Belgique, qui privilégient eux aussi une approche multilingue de l’éducation dès le jeune âge.

Exemples de réussite

Eupen a lancé un projet-pilote pour une école maternelle franco-allemande dans le quartier de Kelmis. Le Dr Eike Thürmann, qui accompagne le projet, a énoncé certaines conditions de réussite d’une telle entreprise, comme la valorisation des langues de famille, l’importance des interactions autour de la langue, que ce soit entre les enfants ou avec les adultes, l’authenticité des situations de communication ou encore l’attitude des parents par rapport au concept multilingue.

La Sarre s’est donné pour objectif de devenir d’ici 2030 le premier Land allemand multilingue et mise aussi sur une sensibilisation aux langues dès la maternelle.

Richard Stock, directeur général du Centre européen Robert Schuman à Scy-Chazelles (France) a de son côté évoqué le multilinguisme dans un marché de l’emploi qui s’oriente de plus en plus vers la digitalisation. Dans un monde connecté, l’utilisation de la langue devient plus quotidienne. Pour préparer les élèves à cet avenir proche, il convient de favoriser les compétences transversales, la spontanéité, la flexibilité et l’ouverture d’esprit, estime-t-il.

Les participants des différents pays ont convenu qu’il fallait mieux organiser les échanges entre enseignants et éducateurs au sein de la Grande Région pour assurer le partage des expériences en matière d’éducation plurilingue.


  • Mis à jour le 30-09-2016