Partenariat en matière d’enseignement de la Shoah entre le ministère et le mémorial israélien Yad Vashem

190606 IHRALe ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, et Richelle Budd Caplan, directrice du département européen de l’International School for Holocaust Studies de Yad Vashem ont signé, le 4 juin 2019, une déclaration d'intention commune pour coopérer dans le domaine de l'enseignement de l’histoire de la Shoah.

Il s’agit du premier accord du genre entre le Grand-Duché et le « Yad Vashem - The World Holocaust Remembrance Center », l’Institut international pour la mémoire de la Shoah situé à Jérusalem.

La coopération passera notamment par des programmes de formation continue destinés aux enseignants et aux éducateurs. Les participants pourront approfondir leurs connaissances sur la vie juive avant, pendant et après la Shoah. De plus, Yad Vashem donnera aux autorités scolaires luxembourgeoises accès à des informations et à du matériel pédagogique sur la Shoah et coopérera au développement de matériel pédagogique en la matière.

Une étape importante pour notre devoir de mémoire

Pour Claude Meisch : « Ce partenariat avec Yad Vashem constitue une nouvelle étape importante s’inscrivant dans une dynamique plus large basée sur des projets de recherche récents et visant à remplir notre devoir de mémoire. Cette précieuse collaboration avec l’institut israélien nous aidera à promouvoir davantage l’enseignement de la Shoah et à entretenir un dialogue mutuel sur le sujet. »

Devant le constat d’une recrudescence de l’antisémitisme dans nombre de pays européens, alors que les derniers témoins de cette période nous quittent, une profonde réflexion sur l’enseignement des crimes du passé, la sensibilisation et l’éducation au respect des jeunes s’imposent.

Des séminaires reconnus par l’IFEN

La voie vers cet accord a été tracée non seulement par Yad Vashem, mais également par la Fondation MERCi (Maison européenne pour le rayonnement de la citoyenneté) et l’association « Témoins de la 2e Génération ». Depuis 2016, ces derniers permettent chaque année à cinq enseignants et éducateurs luxembourgeois de participer à des séminaires sur l’enseignement de la Shoah auprès de Yad Vashem. Une vingtaine de participants ont bénéficié de l’offre jusqu’à aujourd’hui.

La formation est reconnue par l’Institut de formation de l’Éducation nationale (IFEN) (Informations et inscriptions pour 2019)

L’International Holocaust Remembrance Alliance réunie au Luxembourg

La cérémonie de signature de la déclaration d'intention commune s’est tenue en marge de la première réunion plénière bisannuelle de l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA) sous présidence luxembourgeoise, réunissant plus de 150 experts et représentants gouvernementaux du 3 au 5 juin 2019 à Mondorf-les-Bains.

Du 5 mars 2019 au 5 mars 2020, le Luxembourg assume, sous la direction de l'Ambassadeur Georges Santer, la présidence de l’IHRA, organisation intergouvernementale qui regroupe actuellement 33 pays membres. Elle a pour but de promouvoir la recherche et l’éducation sur la Shoah ainsi que de perpétuer le souvenir des victimes par des initiatives mémorielles relatives au génocide juif perpétré par le régime nazi.

L'éducation comme rempart contre l’intolérance

Devant le constat d’une recrudescence de l’antisémitisme dans nombre de pays européens, alors que les derniers témoins de cette période nous quittent, une profonde réflexion sur l’enseignement des crimes du passé, la sensibilisation et l’éducation au respect des jeunes s’imposent.

Pour éviter qu'une telle tragédie ne se reproduise, il importe plus que jamais de sensibiliser les enfants et les jeunes aux défis de notre société moderne et de se prémunir contre l’inacceptable intolérance qui a conduit à tant de tragédies et à la perte de millions de vies.

  • Mis à jour le 06-06-2019