D’Kand am Mëttelpunkt

photo-EF-enfants en rangL’école fondamentale doit donner à chaque enfant les meilleures chances de réussite possibles. Disséminées dans toutes les communes du pays, les écoles accueillent des populations d’élèves très diversifiées en termes d’origine sociale, de langue maternelle, de cultures et de compétences personnelles. À un âge essentiel au développement de l’enfant, la gestion de cette diversité dès les premières années de scolarisation est un grand enjeu.

Il en va de l’équité des chances, mais aussi de la cohésion de notre société.

Proches de leurs élèves, insérées dans leur environnement communal et régional, les écoles fondamentales sont les mieux placées pour répondre aux spécificités, notamment socioculturelles, de leurs populations scolaires. Il convient d’accompagner les écoles dans cette adaptation permanente, orientée vers la qualité de l’enseignement.

Des outils et des ressources sont mis en place pour permettre aux écoles, en tant qu’organismes apprenants, de se développer, dans la continuité de ce qui existe.

En septembre 2016, le ministre de l’Éducation nationale de l’Enfance et de la Jeunesse a soumis au Conseil de gouvernement une série de textes pour redéfinir une école fondamentale moderne, proche de sa population scolaire, ancrée dans sa région et disposant des outils et des ressources pour évoluer.

La réforme de l’enseignement fondamental repose sur six priorités :

  • une gouvernance par régions ;
  • le développement des écoles ;
  • une École pour tous : les élèves à besoins spécifiques ;
  • l’évaluation et l’orientation ;
  • des programmes et matériels didactiques modernes ;
  • une école ouverte et participative.
  • Mis à jour le 07-06-2017