Ënnerschiddlech Schoule fir ënnerschiddlech Schüler

photo-lycée-enfants qui courentL’enseignement secondaire et secondaire technique accueille des populations d’élèves très différentes en termes d’origine sociale, de langues maternelles, de cultures et de compétences personnelles. La gestion de cette diversité est un des plus grands enjeux auxquels font face les lycées.

Amener chaque élève au maximum de ses capacités, donner à tous une chance d’obtenir une qualification, promouvoir l’excellence, prévenir le décrochage scolaire : les lycées du 21e siècle sont amenés à fournir des réponses durables à de nombreux défis, déterminants pour l’avenir social et professionnel de chaque jeune tout comme pour le pays en tant que collectivité.

Le 29 juillet 2016, le Conseil de gouvernement a approuvé sept avant-projets de loi et deux avant-projets de règlement grand-ducal qui fixent les contours d’un lycée moderne, plus proche de ses acteurs, de ses élèves et mieux préparé pour faire face aux défis de la société moderne.

Avec cette réforme, l’Éducation nationale ambitionne de promouvoir « des écoles différentes pour des élèves différents » (ënnerschiddlech Schoule fir ënnerschiddlech Schüler), des écoles qui exploitent pleinement leur autonomie pédagogique pour ouvrir des perspectives d’avenir à chaque jeune.

La réforme s’articule autour de six grandes priorités :

1. Le développement des écoles

Pour mieux répondre aux besoins d’une population d’élèves de plus en plus hétérogène et diversifier les offres scolaires au niveau national, une plus grande autonomie permettra aux lycées de prendre les décisions (voies de formation, approches pédagogiques, recrutement de personnel, ...) les mieux adaptées aux profils de leurs élèves.

2. La promotion des talents

Pour prendre davantage en compte la diversité des talents des élèves et mieux préparer ceux-ci à un monde universitaire qui se spécialise de plus en plus, la nouvelle organisation des sections aux classes supérieures de l’enseignement secondaire classique permettra de nouvelles combinaisons de disciplines en fonction du profil du lycée. Pour améliorer les chances de l’élève d’être admis à l’université de son choix, la certification de l’examen national devient plus détaillée et plus ciblée.

En 8e et 9e de l’enseignement secondaire technique, les cours de langues et de mathématiques seront organisés en cours de base et en cours avancés, l’élève pouvant suivre dans chacune de ces disciplines le niveau le plus adapté à son profil individuel. Pour aider le jeune à faire des choix pertinents et à s’orienter vers la formation le menant au maximum de chances de réussite, l’orientation sera renforcée dans ces classes.

3. L’appui et l’encadrement

La réforme introduit un ensemble cohérent de mesures d’appui et d’encadrement pour soutenir les élèves en difficulté et amener chacun au maximum de ses capacités personnelles.

4. Les « e-Skills »

Pour préparer les jeunes à des postes hautement spécialisés dans ce secteur économique en pleine évolution, une offre de formations qualifiantes axées sur le numérique est mise en place dans tous les ordres de l’enseignement secondaire et secondaire technique.

5. Des programmes et des matériels didactiques modernes

Pour répondre à sa mission d’instruction, de socialisation et de qualification, l’école doit rester en phase avec l’évolution rapide de la société, du monde universitaire et du marché du travail. La réforme met en place les structures d’échange et de travail nécessaires pour adapter régulièrement les programmes scolaires et les matériels didactiques, garantissant un enseignement moderne grâce à des outils modernes.

6. Une école ouverte et participative

L’implication des parents dans la vie scolaire est essentielle pour la réussite de l’élève et son épanouissement à l’école. Pour renforcer la collaboration école-famille, un véritable partenariat est instauré. La participation des élèves dans la vie et les décisions de leur établissement est aussi approfondie. En même temps, l’école doit s’ouvrir au monde externe et tenir compte des développements sociétaux pour préparer les élèves à répondre aux exigences d’un monde soumis à des fluctuations de plus en plus rapides. À cet effet, une structure d’échange avec des représentants de la société civile est mise en place pour la conception des programmes scolaires.

  • Mis à jour le 09-06-2017