Institut de formation de l'Éducation nationale

Le 15 juillet 2015, la Chambre des députés a voté la loi portant création d’un Institut de formation de l’Éducation nationale (IFEN) avec une majorité de 32 voix.

La loi définit les missions de l’IFEN et le recrutement des personnels nécessaires à son fonctionnement. Elle précise le cadre du double dispositif que le nouvel institut est appelé à mettre en place, à savoir le dispositif de stage d’insertion professionnelle et le dispositif de formation continue pour l’ensemble du personnel enseignant et socio-éducatif

La réforme de la Fonction publique a introduit l’obligation d’un stage d’insertion professionnelle de 3 ans pour tous les nouveaux enseignants. À l’enseignement fondamental, où le stage d’insertion n’existe pas à l’heure actuelle, un stage de 3 ans est donc introduit pour tous les instituteurs. À l’enseignement secondaire et secondaire technique, le stage pédagogique de 2 ans actuellement sera réorganisé et porté à 3 ans. Parallèlement, les concours de recrutement seront adaptés.

Les nouvelles modalités de stage et des concours entreront en vigueur en 2016. En 2015, le système reste inchangé, bien que la formation pédagogique des enseignants de l’enseignement secondaire et secondaire technique soit déjà assurée par l’IFEN, et non plus par l’Université du Luxembourg.

Un nouvel institut au service de chaque enseignant

L’IFEN reprend les missions

  • de l’Université du Luxembourg pour ce qui est de la formation pédagogique organisée des enseignants-stagiaires de l’enseignement secondaire et secondaire technique;
  • de l’Institut de formation continue pour ce qui est de la formation continue du personnel des écoles. 

En regroupant le stage d’insertion professionnelle et la formation continue de l’ensemble du personnel enseignant et socio-éducatif sous l’autorité d’une même institution, l’IFEN, le ministère vise à:

  • assurer la cohérence et la continuité entre l’insertion professionnelle (stage) et la formation continue;
  • accroître la qualité de l’enseignement en centrant le stage et la formation continue davantage sur la didactique et la pratique;
  • harmoniser les procédures disparates de stage actuellement en vigueur dans l’Éducation nationale;
  • utiliser de manière plus efficiente les ressources.

Les programmes de formation du stage et de la formation continue seront en phase avec la politique éducative du gouvernement et leur élaboration impliquera les acteurs du terrain. C’est dans cette perspective que sera créé un Conseil des programmes de l’IFEN.

Les effectifs concernés par l’offre du futur IFEN sont considérables. Selon les projections, il y aura  quelque 500 nouveaux stagiaires chaque année, soit jusqu’à 1 500 stagiaires répartis sur les 3 ans de stage. Pour la formation continue, il s’agit d’un public potentiel de quelque 10 000 enseignants, lesquels ont une obligation de formation de 8 heures par an.

Le stage d’insertion pour le personnel enseignant

La profession enseignante est exigeante : il est essentiel de soutenir les jeunes enseignants, aux niveaux professionnel et personnel, dès leur entrée en fonction. Centré sur la pratique dans la classe, le stage soutient l’enseignant dans le développement de son autonomie professionnelle et l’outille de manière concrète dans son travail quotidien. L’accompagnement du jeune enseignant facilitera sa tâche lui évitant l’épuisement professionnel en début de carrière. La qualité de l’enseignement et des apprentissages s’en trouvera améliorée.

Le stage vise à soutenir les enseignants au niveau :

  • personnel (identité, auto-confiance, motivation);
  • social (intégration dans l’établissement et dans la communauté enseignante);
  • professionnel (transposition des savoirs de la formation initiale à la pratique professionnelle).

Le stage sera organisé autour de 3 parties :

  • la formation générale;
  • la formation à la pratique professionnelle;
  • l’initiation dans l’établissement scolaire.

Le dossier de presse téléchargeable détaille les stages à l’enseignement fondamental et à l’enseignement secondaire et secondaire technique.

Les concours de recrutement adaptés à partir de 2016

En 2015, les concours restent inchangés (questionnaires des sessions 2013 et 2014).

À partir de 2016, le concours réglant l’admission à la fonction d’instituteur à l’école fondamentale, qui prend actuellement la forme d’un examen-concours, sera transformé en simple concours. En d’autres termes, les  candidats qui se placeront en rang utile selon leurs résultats aux épreuves seront admis au stage d’insertion professionnelle dans la limite des postes disponibles, indépendamment des notes obtenues. Le concours comportera moins d’épreuves ; les types d’épreuves et les critères de correction seront revus. Le concept sera discuté avec les partenaires concernés au cours du 3e trimestre 2014-2015.
Á l’enseignement secondaire et secondaire technique, pour s’assurer de la vocation et de l’aptitude pédagogique des futurs enseignants, l’introduction d’un test d’aptitude avant l’examen-concours ou d’un stage en école obligatoire est actuellement étudiée. Il est prévu de soumettre les candidats à une épreuve sur les connaissances générales en pédagogie et de valoriser l’expérience professionnelle.

Plus de détails dans le dossier de presse.

  • Mis à jour le 01-09-2016