Jugendpakt 2017 - 2020

Les priorités politiques transversales en matière de jeunesse sont définies tous les cinq ans par un comité interministériel, sur base d’un rapport national sur la situation de la jeunesse au Luxembourg, dans une approche basée sur des résultats scientifiques et en impliquant les jeunes eux-mêmes.

Du rapport national 2015 élaboré par l’Université du Luxembourg, et publié début 2016, a découlé une proposition de plan d’action national de la jeunesse (ou Jugendpakt) 2017-2020. Ce texte a été soumis pour consultation par le ministère aux acteurs du secteur de la jeunesse en février 2017 et adopté par le Gouvernement en juillet 2017.

Le plan d’action national fixe les objectifs stratégiques qui doivent orienter la politique de la jeunesse du gouvernement d’ici 2020, dans le cadre de trois dimensions clés de la transition des jeunes vers l’âge adulte, telles qu’elles ont émergé du rapport 2015 :

  • l’emploi,
  • le logement,
  • la citoyenneté.

Afin de faciliter la transition vers l’emploi des jeunes et surtout des plus vulnérables d’entre eux (décrocheurs ; en situation de handicap ; en souffrance psychologique, etc.), trois axes d’action ont été retenus :

  • améliorer la connaissance des groupes à risque ;
  • renforcer les capacités des jeunes à faibles ressources dans l’éducation formelle et l’éducation non-formelle, en donnant toute sa place à l’animation socio-éducative (Jugendarbeit) ;
  • développer le dispositif Garantie pour la jeunesse avec les acteurs de l’emploi.

Pour aider les jeunes à accéder au logement, plus particulièrement ceux qui viennent de foyers d’accueil ou  ceux qui ne peuvent compter sur une aide matérielle familiale, l’action politique s’oriente autour des 3 objectifs suivants :

  • développer et formaliser une politique commune aux différentes services relevant des secteurs Éducation, Jeunesse, Famille et Logement, en prenant entre autres appui sur un futur cadre de référence « Aide à l’enfance » ;
  • augmenter l’offre de logements adaptés aux jeunes vivant une transition vers l’âge adulte difficile ;
  • faciliter – notamment au niveau réglementaire - le logement alternatif (colocation, intergénérationnel).

Afin de favoriser la participation politique et associative de tous les jeunes, la politique gouvernementale vise à :

  • renforcer les démarches participatives dans l’éducation formelle et l’éducation non-formelle et inclure dans le Dialogue structuré également les jeunes qui ne font pas partie d’une organisation de jeunesse ;
  • développer une participation inclusive en faveur de groupes sous-représentés dans les activités citoyennes (jeunes femmes, jeunes non-luxembourgeois, jeunes en situation de handicap) ;
  • renforcer les nombreux acteurs de la participation (lycées, structures de l’éducation non-formelle, Parlement des jeunes, etc.) par la mise en place d’une plateforme d’échanges coordonnée par le Zentrum fir politesch Bildung.

L’ensemble des objectifs est détaillé dans le Jugendpakt, plan d’action national de la jeunesse.

La mise en œuvre du Jugendpakt est coordonnée par le comité interministériel de la jeunesse, qui comprend des représentants des  ministères et administrations concernés par la jeunesse, l’éducation nationale, le logement, l’emploi, la famille, l’intégration, l’égalité des chances, la culture, le sport, la santé et la justice. Elle est évaluée annuellement.

  • Mis à jour le 19-04-2018