Élèves à besoins spécifiques

Chaque enfant, quels que soient ses besoins spécifiques et ses particularités, a le droit d’être soutenu dans son épanouissement personnel  en vue d’une autonomie et d’une participation maximales et de son intégration dans la société.

On considère comme élève à besoins éducatifs particuliers ou spécifiques, celui dont la prise en charge ne peut être assurée par les moyens normalement à disposition de l’enseignant. Ces besoins spécifiques ou particuliers peuvent relever des domaines moteur, visuel, du langage et de l’ouïe, du développement cognitif, du comportement, etc. Garantir la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers ou spécifiques dans le système scolaire « régulier », là où cette inclusion est possible et souhaitée par les parents, est le principe de l’école luxembourgeoise, qui figure également dans la loi depuis 1994. Le Luxembourg affiche un bon taux d’inclusion : le pourcentage des élèves scolarisés dans des écoles spécialisées est inférieur à 1% de la population scolaire.

Une prise en charge à trois niveaux

Pour les élèves qui, en raison de leurs particularités mentales, émotionnelles, sensorielles ou motrices, ne peuvent suivre l’enseignement ordinaire, la loi prévoit un dispositif à trois niveaux :

  • au niveau local, dans les écoles : instituteurs spécialisés, démarches d’inclusion ;
  • au niveau régional, dans les directions de région : équipes de soutien des élèves à besoins éducatifs particuliers ou spécifiques, commissions d’inclusion ;
  • au niveau national, dans une école ou un centre spécialisé.

La décision quant au mode de scolarisation et de prise en charge, revient aux parents.

La prise en charge des enfants et élèves à besoins particuliers ou spécifiques se fait en concertation avec les services d’aide à l’enfance et les structures d’éducation et d’accueil (maison relais, …).

  • Mis à jour le 02-10-2018